La violence au football aux États-Unis

5
min read
A- A+
read
World Cup Central US Soccer Fans

Violence De Fans De Football. Pourquoi MLS Ne Souffre Pas De L'hooliganisme Comme Des Autres Organisations De Football.

La violence des supporters de football connue sous le nom de “hooliganisme” est un sujet courant dans le monde du football international.
De l'équipe brésilienne de football provoquant l’intervention de la police aux fans anglais et russes se bagarrant à Marseille avant le match, le football est au centre de nombreux actes d'agression et de violence à l'étranger.
Et bizarrement, l'Association de la ligue majeure de football (MLS), qui regroupe les principales équipes des États-Unis et du Canada, compte très peu de cas de violence. Un si petit nombre de cas d'agression ne peut que surprendre, compte tenu du hooliganisme des fans résultant de plusieurs sports, tels que le football américain et le basketball.
De nos jours, il semble que même un mauvais titre peut déclencher une émeute en Amérique, mais le football semble encore relativement peu affecté, malgré sa popularité croissante.


Je crois qu'il y a quelques raisons principales pour la tranquillité des fans de football nord-américains:
--La première raison c’est la façon dont les médias américains représentent le hooliganisme lors des matches européens et le contrôle que les médias exercent sur la publicité.
--La deuxième raison réside dans l'Union européenne de football (UEFA) composée de pays distincts au lieu d'États comme le MLS.
--Le troisième, et à mon avis, la plus grande raison, réside dans les fans de MLS et la différence dans les styles de vie qui entourent le football.


Les médias américains ont l'habitude d'exagérer excessivement et de représenter les faits de manière hyperbolique. Cette affirmation devient doublement vraie, s'il s'agit des actes de hooliganisme dans le football européen.
Il y a même des articles qui présentent la “peur” du hooliganisme qui pourrait infecter MLS après un affrontement au Yankee Stadium en mai dernier entre les fans des New York Red Bulls et de New York City Fan Club.


Cependant, les "bagarres" médiatiques de fans de MLS ne peuvent pas être comparées à celles des fans européens.
Huffington Post a atteint le point d'appeler les hooligans des "aspirants" dans un article sur les combats avant les matches qui consistait principalement des cris en jetant des objets tels que des bouteilles et des pancartes.

Le pire c’est que la plupart des médias craignent que toute mention du développement du hooliganisme dans MLS puisse dissuader les annonceurs de soutenir l'organisation.

La popularité de MLS en Amérique ne cesse de croître, et les organisateurs du club, ainsi que les fans, savent bien qu'ils ont besoin d'un financement de la part des annonceurs pour poursuivre leur croissance. Bien que les fans ordinaires du club ne puissent pas entièrement comprendre les dommages causés par les publications négatives, ils défendent toujours le sport, et parfois même la police.

Maintenant, vous pouvez penser que les fans de football américain ne pourrions pas être autant différents des fans dans les clubs de football étrangers, mais vous pourriez être surpris ... En Europe, le football est une source de fierté patriotique. En UEFA, les équipes ne jouent pas contre leurs compatriotes, comme dans le cas de MLS. La plus grande différence de l'UEFA est l'élimination des équipes de différents pays pendant les matchs de la saison. Bien que vous puissiez dire que le Canada est considéré comme notre pays rival, les États-Unis et le Canada n'ont presque pas d'histoire comparable aux guerres interminables dans l'histoire de l'Europe. Même si l'Europe s'est calmée en termes de conflits armés, mais c'est toujours la nature humaine de rivaliser pour la supériorité même sans guerre. Alors, que se passe-t-il lorsque les pays acceptent de s'abstenir de la guerre et de rechercher la paix? Ils commencent à chercher d'autres aspects pour la fierté nationale et la supériorité.  

Qui peut blâmer les Européens de regarder l'équipe de football de leur pays avec fierté?

Qui d'entre nous ne se sent pas fier quand son équipe favorite gagne la ligue?

Qui n'a pas explosé de colère ou crié avec colère à la télévision quand l'arbitre a pris une décision injuste?

Lorsqu’une équipe sportive devient votre source de fierté, vous voulez que votre équipe gagne.

Votre soif de victoire ne se limite pas à une sympathie pour votre équipe. Votre équipe favorite semble vous représenter. Ses erreurs deviennent vos erreurs. If your team wins the World Cup, your team, and in Europe, your country won the world cup.
Et si quelqu'un, y compris des juges, viole de quelque façon que ce soit les droits de votre équipe, vous considérez cela comme une insulte personnelle. Comment osent-ils simplement déshonorer votre équipe??!! Et très souvent si votre équipe représente votre ville ou votre état, il vous semblera qu’ils ne respectent pas tout ce qui vous est cher.
Mais que se passerait-il s'il n'y avait qu'une seule équipe principale des États-Unis et que chaque match semblait être la fierté de tout votre pays? Les enjeux seraient beaucoup plus élevés car à la fin d'un match de MLS, l'équipe adverse est toujours votre compatriote américain ou canadien.
Cependant, à la fin d'un match de l'UEFA, l'équipe adverse peut encore appartenir à l'Union européenne, mais ce ne sont pas vos compatriotes.
Mélangez cette fierté nationaliste avec l'alcool et une foule de supporters tout aussi passionnés, et vous invitez le chaos entraîné par l'esprit grégaire.


Le plus grand obstacle à la violence des fans de football aux États-Unis est le public cible de MLS. La MLS cible actuellement la génération du millénaire, le groupe d'âge le plus rentable pour les annonceurs, étant donné que le football a un temps publicitaire si limité.
Heureusement, le football est déjà populaire parmi ce groupe d'âge, et pour les enfants de 12 à 17 ans, MLS est maintenant plus populaire que MLB.
En fait, parmi ce groupe d'âge, seul le basketball est plus populaire.
Ce groupe d'âge qui représente les fans de football généraux en Amérique du Nord ne montrent pas beaucoup de signes de hooliganisme parce qu'ils sont jeunes et, contrairement à l'Europe et l'Amérique du Sud, les enfants nord-américains n'ont pas grandi à une époque où le football était connu pour les débauches des fans.
Aux États-Unis, le hooliganisme est généralement réservé aux jeux de championnat de NBA et à la politique, de sorte que ceux qui pratiquent et suivent le football de MLS ne sont généralement pas exposés ou enseignés que le hooliganisme est un aspect acceptable ou souhaitable du sport.
En fait, le hooliganisme en Europe est sa propre culture avec des clubs spécialement créés pour organiser des combats avant le match avec les fans de l'autre équipe.

Cela n'existait pas toujours et peut-être cela explique pourquoi les nouvelles sur le hooliganisme des fans en Europe ont décliné. Les groupes clandestins, qui planifient réellement ces bagarres avec discrétion, les hébergent dans des endroits secrets, laissant la police inconsciente.
Il peut être argumenté que le hooliganisme dans le football européen n'est qu'un vestige des générations précédentes, lorsque les bagarres étaient une sorte de plaisir pour les ennuyés. Andy Nichols, un hooligan anglais de 30 ans, raconte qu'il était dans un environnement des hooligans pour le plaisir de boire. Dans une interview qu’il a fait avec BleacherReport l'année dernière, il a déclaré ce qui suit: "A mon époque, il n'y avait rien qui puisse être comparé avec cela. Il n'y avait pas de Xbox, Internet, parcs à thème ou des loisirs de luxe. Le football était l'une des seules activités pour la jeunesse et les enfants de la classe ouvrière, et dans le football existait le principe “tu est le chasseur ou le chassé”.

De nos jours, il y a des films sur la vie des combats de football clandestins tels que Green Street Hooligans qui romancent la vie du hooliganisme en Angleterre.
Cette culture du hooliganisme n'est pas quelque chose que les enfants américains connaissent comme les Européens et sans l’influence ou les conseils des générations plus âgées comme en cas de l'Europe, le hooliganisme ne deviendra pas l’originalité du football aux États-Unis de sitôt.

image source

Comment with Disqus